Plat typique du Bénin : à la découverte de l’Amiwô

  • Accueil
  • /
  • Blog
  • /
  • Plat typique du Bénin : à la découverte de l’Amiwô

La cuisine béninoise est une cuisine riche et variée qui partage beaucoup avec ses plus proches voisins le Togo, le Nigéria. Ce qui s’explique aisément par les royaumes et nations pré-coloniales et les mouvements de peuples. Malgré les découpages et tracés arbitraires des pays africains par les colons, les communautés ethniques ont perduré.

Après l’indépendance, en 1960, certains peuples se sont retrouvés béninois, alors que leur communauté s’étendait jusqu’au Nigéria voisin pour les uns ou encore à l’actuel Togo pour les autres. Conséquence directe, certains plats culinaires, quasi-identiques, se retrouvent dans plusieurs contrées à la fois. Ces dernières revendiquant chacune l’origine des mets : c’est le cas du plat d’Amiwô

L’Amiwô est un plat typiquement béninois qu’on retrouve au-delà des frontières de l’ancien Royaume du Dahomey. En effet, on retrouve l’Amiwô dans la partie du Golfe de Guinée, particulièrement au Bénin, au Togo et au Ghana.

Amiwô
Amiwô

Contexte de dégustation

Le plat d’Amiwô est un plat qui se déguste généralement durant les fêtes et célébrations. On le qualifie d’ailleurs dans la partie Sud du pays de plat de fête.

Toutefois, la pâte de maïs étant l’un des aliments de base des béninois, l’Amiwô ne nécessite plus de nos jours une occasion spécifique avant d’être préparé dans les foyers et ménages au Sud et au Centre du Bénin. 

A quel moment l’Amiwô peut être consommé 

Très riche en apport énergétiques et en vitamines, grâce à la présence du maïs, l’Amiwô se déguste de préférence au déjeuner pour faire le plein d’énergie et redémarrer la suite de la journée. Aussi, on le consomme aussi au dîner au sein de plusieurs foyers.

Où trouver de l’Amiwô

Si vous faites un tour au Bénin et que vous voulez goûter à ce délice mais que soit vous n’êtes pas un as des fourneaux, soit vous n’avez pas l’expérience ou le temps, pas de panique !!! L’Amiwô est un plat qu’on retrouve chez les bonnes dames et dans quelques restaurants de la place. 

A Cotonou, vous trouverez les bonnes dames, vendeuses du plat d’Amiwô, dans les rues, des quartiers de Saint Michel, Gbégamey, Tokpa, dans le marché de Dantokpa et ses alentours, à Sainte Cécile, à Akpakpa, ou encore à Aidjedo.

A Porto-Novo, capitale du Bénin le plat se retrouve chez les bonnes dames sur les grandes artères comme à Ouando et à Djrèrègbé. 

Outre le service culinaire excellent et à moindre coût des bonnes dames, le plat de la pâte rouge se retrouve dans les restaurants et maquis. Ainsi au maquis le Pili-Pili dans le quartier de Zongo à Cotonou, ou encore « Chez Maman Bénin », restaurant mythique à « Maro-militaire » vous aurez droit à un plat d’Amiwô que vous n’êtes pas prêt d’oublier de si tôt.

Enfin, le service de livraison à domicile se développant de plus en plus, certains restaurants privilégient la préparation sur commande comme le restaurant « Les Marmites de Fatou » à Calavi et à Cotonou. Vous gagnez ainsi du temps et vous vous faites livrer en moins de 30 minutes.

Composition de l’Amiwô

L’Amiwô est une pâte rouge, à base de maïs et qui est très prisée au Bénin et même dans la sous-région. On l’accompagne généralement d’une sauce communément appelée en langue fon « Monyo », qui est à base de tomates et de poivrons. 

Préparation de l’Amiwô, accompagné de la sauce Monyo et du poulet 

Il est rare de trouver un plat en Afrique qui a les mêmes recettes dans toutes les contrées. Plusieurs régions apportent ainsi leur touche spécifique à chaque repas. L’Amiwô fait partie des exceptions de plats dont la recette ne varie pas vraiment en fonction des régions au Bénin. 

Pour obtenir la pâte rouge il faut procéder par trois étapes distinctes pour un temps de préparation total d’environ 3 heures en moyenne : la préparation du poulet d’abord, ensuite la préparation du « Monyo » et enfin la préparation de l’Amiwô proprement dit.
Voici la recette du plat d’Amiwô, pour environ 5/6 personnes :

  • ½ Kg de farine de maïs
  • 100 g de crevettes séchées broyées (facultatif)
  • 500 g de tomates fraîches ou 250 g de tomates en conserve
  • 1 kg de poulet découpé en morceaux (ou 6 ailerons et cuisses)
  • Du piment vert 
  • Huile d’arachide
  • Sel et poivre
  • 2 gousses d’ail
  • 1 branche de cèleri (si possible)
  • Du poivron rouge
  • Bouillon de cube
  • 4 gros oignons émincées
  • Persil
  • Gingembre

Préparation du poulet

La préparation du poulet est la première étape pour obtenir notre plat d’Amiwô. 

  • Laver le poulet ou les ailerons et cuisses de poulet ;
  • L’assaisonner en préparant une marinade composée d’ail, d’oignon coupé en morceau ou écrasé, ajouter du bouillon de cube, une branche de céleri, une ou deux cuillérées d’huile d’arachide, du poivre, du persil du piment et du poivre ;
  • Mettre le tout au feu en ajoutant de l’eau à hauteur du poulet durant un quart d’heure ;
  • Egoutter les morceaux de poulet après la cuisson ;
  • Puis pour terminer la cuisson, faire frire les morceaux de poulet assaisonnés et cuit dans de l’huile d’arachide ;
  • Laisser reposer au réfrigérateur ou chaud si possible.

Préparation du Monyo

La sauce d’accompagnement de la pâte rouge se fait à l’avance. Il vous faut : 

  • Couper l’oignon en tranche ;
  • Couper en petites tranches du gingembre, du piment, et de l’ail en ajoutant une pincée de sel ;
  • Couper environ 100 à 150 g de tomates en rondelles ou en petits dés ;
  • Ajouter un bouillon de cube et une tranche de deux poivrons
  • Dans un faitout ou une cocotte au feu, avec une cuillerée à soupe d’huile mélangez les épices cités plutôt et ajoutez les 1/3 des tomates coupées ;
  • Laisser mijoter en ajoutant un peu d’eau ;
  • Réservez après la cuisson complète selon votre goût au chaud ou dans un réfrigérateur.

Préparation de l’Amiwô proprement dit 

  • Pour préparer la pâte rouge, on se sert de la farine de maïs. Dans une marmite au feu, faites torréfier ou griller la farine de maïs à sec en remuant de temps à autre. Cette technique permet de donner une couleur brune à la farine et amplifie par la même occasion le goût de l’Amiwô. Réservez ensuite la farine brune obtenue.
  • Parallèlement, dans une autre marmite, ajouter les 2/3 restant de tomates coupées en dés dans de l’huile d’arachide en ajoutant le restant des épices à savoir : une gousse d’ail écrasée, de l’oignon, du poivre, les crevettes, et additionnez environ deux verres d’eau, puis laissez mijoter.
  • Délayer avec de l’eau en petite quantité de la farine dans une tasse. Verser ce mélange dans la sauce tomate chaude puis remuez. Laissez cuire environ 15 minutes avant d’ajouter le reste de la farine précédemment torréfiée, peu à peu, tout en continuant de remuer incessamment jusqu’à l’obtention d’une pâte compacte et homogène qui se détache des parois de la marmite.

Votre plat d’Amiwô est fin prêt. Il ne vous reste plus qu’à réchauffer votre poulet et votre sauce. Bon appétit !!!


Si vous avez aimé ce que vous avez lu (et seulement si vous avez aimé la qualité de l’article), vous êtes libre de nous laisser un LIKE ou un commentaire d’encouragement. Cela nous fera vraiment chaud au cœur et nous encouragera dans la parution d’articles toujours plus informatifs et utiles.

Si vous le souhaitez, vous pouvez accéder à plus de nos articles :

Vous cherchez un sujet précis ? Il y a actuellement autour de 100 articles.Dans ce cas, passez par : > Notre sélection d’articles par catégories <

Vous souhaitez trouver un article en dehors de cette petite sélection ?Consultez l’ensemble de nos articles : > Voir l’ensemble des articles <


Vous êtes également libres d’accéder à notre Page Facebook et notre Groupe Privé.

Etiquettes

Gastronomie, plats


À propos de l'auteur

Lionel

Auteur du blog Visiter le Bénin. Lit beaucoup, adore voyager et ne passe pas une journée sans apprendre quelque chose.


Vous aimerez peut-être aussi

Le Blèfoutou ou encore Fruit à pain

Le Tévi, l’igname frite incontournable

La Sauce Moyo, simple, rapide et surtout délicieuse

Soyez informés de nos articles en premier !

>